Left Menu

L'endettement risque de freiner l'économie française

signe euro

Les Français, particuliers et gérants d’entreprise, sont très actifs en matière de crédit. Ce n’est pas forcément une bonne chose. D’autant que parmi les pays de la zone euro, France réalise un endettement dont le niveau a grimpé d’une manière exponentielle. Les conséquences vont dans les deux sens. D’un côté, les banques risquent d’être en manque de fonds, et d’un autre côté, les emprunteurs se trouvent en surendettement.

La situation d’endettement du secteur privé en France ne touche pas que les banques. C’est le système économique à part entière qui est pénalisé. En effet, les crédits représentent un taux considérable du PIB de la nation.

Malgré les effets néfastes de ces opérations, les prêts effectués durant les dix dernières années ont tout de même servi à de bons résultats. Ce n’est pas pour autant que les acteurs doivent laisser les choses comme elles sont.

Des mesures sont, de ce fait, à prendre, surtout au niveau des établissements fournisseurs de crédits. Autrement, le risque s’étendra sur le plan financier et à niveau national. Sans oublier que les facteurs internationaux interagissent autour de l’économie européenne.

Les entreprises et les ménages, principales sources de la croissance des dettes privées

Le fort endettement de 132,2% relevé pour le cas de France provient des entreprises et des foyers. En ce qui concerne les sociétés, elles mettent les maisons de crédit dans un risque de liquidité qui ne serait pas facile à rehausser.

Avec un taux qui a tendance à osciller, les entreprises ont du mal à gérer leur capacité de remboursement. Alors que les banques prévoient d’augmenter davantage le taux d’intérêt. D’après la Banque Centrale Européenne, cette conjoncture est envisageable, sans doute pour l’année 2019.

Les particuliers, quant à eux, consacrent les crédits à l’immobilier. En effet, l’habitat détient plus de 35% de leurs revenus. À la différence des prêts pour les professionnels, le taux n’est pas variable pour les ménages. La sûreté des garanties et des cautions les encouragent également à faire appel à un établissement dédié. D’autant que ce dernier a tendance à rendre trop souples les conditions d’octroi de prêt.

Des mesures sont à prendre pour réduire les crédits

Face au problème rencontré par l’économie française, l’autorité a sa part à prendre dans les opérations visant à redresser la situation.

Mais à part cela, les autres acteurs proposent des solutions, telles que le rachat de crédits, qui permettent aux particuliers de faciliter le remboursement des dettes. Les banques, de leur côté, devront réviser les critères d’octroi afin de bien évaluer au préalable la solvabilité de l’emprunteur.

Des changements positifs figurent parmi les résultats apportés par les crédits. La sous-gouverneure à la Banque de France, Sylvie Goulard, souligne :

Il peut y avoir en France des raisons culturelles à l'endettement, sans oublier que l'année 2017 a été marquée par une belle croissance dans le pays.

Cependant, cela n’empêche pas la Banque de France de préciser que l’endettement mène vers une faillite des acteurs en crédit. Pour éviter d’en arriver là, un nouveau dispositif sera en vigueur pour l’année 2019. Un fonds de caisse se trouvant dans la catégorie du coussin contra-cyclique sera imposé pour toutes les établissements bancaires.

appel gratuit 0 800 250 300