Left Menu

Les crédits à la consommation en hausse

Les crédits en hausse

Ces dernières années, les crédits à la consommation ont nettement augmenté au Royaume-Uni. En effet, ces derniers ont crû de 19% durant le dernier quinquennat. Eu égard de la conjoncture actuelle, une question se pose : la France est-elle en train de suivre cette tendance ? Éléments de réponse !

Aussi bien au Royaume-Uni qu’en France, les prêts liés à la consommation sont en hausse. Pour le cas des Français, ils s’intéressent surtout aux emprunts destinés à l’achat de voiture. Viennent ensuite, les crédits pour le financement de projet et de travaux. Ces contractants sont en moyenne âgés de 42 ans pour les hommes et 41 ans pour les femmes.

En ce qui concerne leur revenu mensuel, un homme gagne environ 2 400 euros contre 1 980 euros pour une femme. Résultat, un homme peut bénéficier d’un crédit moyen de 14 000 euros tandis qu’une femme n’obtient que 10 800 euros.

Ces différences rendent difficile l’observation du profil type d’emprunteur, d’où l’impossibilité d’assimiler la situation des jeunes Britanniques à celle des Français. Quelle est alors la réalité dans chaque pays ?

Le crédit à la consommation en hausse en France

Selon la Banque de France, le taux de crédit des ménages commence à croître. Mais il n’y a pas que les particuliers qui s’endettent, il y a également les associations ainsi que les personnes ayant une profession libérale.

Pendant les trois premiers mois de l’année 2017, l’indicateur en pourcentage du revenu disponible brut ou RDB est de 89,7%. Il faut noter que l’indicateur sur l’endettement des ménages équivaut à la totalité des crédits souscrits auprès des intermédiaires financiers nationaux et étrangers.

En parallèle, les crédits à la consommation ne cessent de croître. Au mois d’août de cette année, chez les particuliers, l’encours de crédits à la consommation atteint 164 milliards d’euros. D’où un taux de croissance de 6% par an.

Durant les six premiers mois de 2017, l’Association française des sociétés financières parle dans son tableau de bord de « hausse modérée ».

Les crédits à la consommation accordés aux particuliers sont progressent effectivement de 4,3% pour s’établir à 20,3 milliards d’euros. Et la Banque de France souligne dans le dernier numéro de son bulletin que :

Le recours plus marqué des ménages français au crédit à la consommation se traduit par un taux d'endettement un peu plus élevé que la moyenne de la zone euro. Cet endettement est essentiellement destiné à l'achat de véhicules.

Banque de France

Le cas du Royaume-Uni

Si les prêts à la consommation des ménages sont aujourd’hui en hausse en France, c’est également la tendance outre-Manche depuis maintenant cinq années. Malgré la baisse du taux de chômage des jeunes de 16 à 24 ans, les revenus de ces derniers semblent insuffisants. Le directeur de l’autorité de régulation britannique (la Financial Conduct Authority). Andrew Bailey confirme et avance :

Nous remarquons une montée en puissance de l'endettement parmi les jeunes.

Pour appuyer ce point de vue, il ajoute :

Il ne faut surtout pas penser qu'il s'agit d'emprunts irréfléchis (...). Il ne s'agit pas de crédit au sens classique du terme, mais de pouvoir répondre aux besoins vitaux de la vie quotidienne, dans de nombreux cas.

Andrew Bailey

En effet, le nombre de jeunes insolvables ne cesse d’augmenter. De 2015 à 2016, cette hausse est d’environ un tiers pour les personnes appartenant à la fourchette des 18 à 34 ans selon l’Insolvency Service.

Le contexte d’intervention de ce phénomène est particulier au Royaume-Uni. Les chiffres publiés par la Bank of England indiquent que la dette cumulée des crédits à la consommation n’a jamais été aussi élevée depuis 2008. Elle culmine à 203 milliards de livres sterling soit 228 milliards d’euros. Le Guardian de préciser que ces prêts sont en hausse de 19%. Il faut souligner que si ce montant intègre les crédits auto, les prêts personnels et les découverts, il exclut les emprunts immobiliers.

À noter que face à l’accumulation des dettes, il est conseillé de recourir au regroupement de crédits pour réorganiser et retrouver un équilibre financier.

Pour terminer, l’accroissement des prix à la consommation ne va rien arranger puisque la situation peut encore durcir. Pour la première fois en cinq ans, sur une année, le taux d’inflation est de 3% en septembre. La baisse de la livre sur fond de Brexit en est la cause selon l’Office des statistiques nationale ou ONS.

appel gratuit 0 800 250 300