Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

De moins en moins de personnes surendettées en France

Jeune couple en révision des finances

Le Parisien révèle une enquête de la Banque de France, réalisée sur la base d’un extrait de données recueilli auprès des commissions de surendettement pour la période de 2011 à 2016. D’après les chiffres de ce rapport, le taux de surendettement français a connu une baisse conséquente sur un an. Une tendance qui dure d’ailleurs depuis quelques années déjà.

Selon les résultats de cette enquête, le taux de surendettement aurait connu un recul de 10,6% sur une période d’une année. En effet, 194.194 personnes ont déposé un dossier auprès de la banque centrale française pour se faire déclarer en situation de surendettement. En épluchant les dossiers, l’on constate que le montant moyen des dettes contractées par les Français s’évalue à 42.000 euros.

En outre, la Banque de France a pu établir un profil type des personnes surendettées. Selon les chiffres recueillis, les individus esseulés sont les plus enclins à se retrouver dans cette situation. En effet, avec un effectif de 66,1% de ceux qui sombrent sous les dettes sont dans ce cas : célibataires, divorcés ou veufs.

Les 53,9% de cette catégorie d’individus sont des personnes qui n’ont pas de personne à charge, alors que 26,1% sont constituées par les personnes dont l’âge se situe entre 35 et 44 ans. Si l’on regarde du côté de l’immobilier, l’on constatera que les locataires sont en surnombre (76,3%) par rapport aux propriétaires (11,4%).

L’endettement des Français diminue

Dans un cadre général, les arriérés de paiement par rapport aux différents libellés de crédit subissent une évolution négative dans leur ensemble : le surendettement au crédit à la consommation cède la place à celui des arriérés de charges courantes qui, en 5 ans, connaissent une hausse de 38% à cause de la hausse des tarifs énergétiques.

Les arriérés de paiement sur les crédits renouvelables ont connu un recul de 13,3%, passant de 34,6% en 2011 à 21,3% en 2016. Ces résultats sont ainsi réconfortants, dans le sens où les crédits renouvelables sont de véritables pièges, et que s’ils sont contractés par des emprunteurs imprudents, ces derniers peuvent tomber dans une boucle infernale pour facilement se retrouver dans une situation de surendettement.

Les dettes liées au secteur immobilier, elles, ont augmenté de 12,7% en 5 ans, passant de 35,3% en 2011 à 33,6% en 2016. Dans ce secteur, le montant moyen de l’endettement par dossier est de 107.987 euros, avec une progression de 12.735 euros en 5 ans.

Les Français assument de mieux en mieux leur quotidien

Les crédits à la consommation sont généralement souscrits dans le cadre du financement des achats quotidiens. Parmi les différents types de crédits, ces derniers révèlent les taux d’intérêt les plus élevés.

Pourtant, cette catégorie de prêt a enregistré un recul considérable en 5 ans. En effet, si 2011 a affiché un taux d’endettement à la consommation de 58,2% en 2011, ce taux n’est plus que de 39,3% au cours de l’année 2016. Ce secteur a donc enregistré un repli de près de 20%.

La baisse est aussi constatée au niveau du montant moyen d’endettement, qui, en 2016, n’était plus qu’à 20.619 euros, notant une baisse environnant les 4.600 euros pour la même période.

Ce phénomène de recul s’explique notamment par la baisse généralisée des taux d’intérêt, ce qui, pour les emprunteurs, constitue une aubaine pour procéder à un regroupement de crédit. Mais ce n’est pas tout, car depuis la crise de 2008, la législation a aussi prévu quelques dispositifs pour sécuriser le domaine des crédits. En l’occurrence, la loi Lagarde qui, depuis sa promulgation le 1er juillet 2010, entraine une distribution plus raisonnée des crédits renouvelables.

appel gratuit 0 800 250 300