Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Procédure de renégociation de crédit : attention au « chemin semé d’embûches »

Procédure de regroupement de crédits

Lorsque le taux immobilier baisse considérablement sur le marché, une multitude d’emprunteurs foncent à la banque pour renégocier leur crédit. N’ayant pas eu le choix auparavant que d’accepter un taux plus élevé imposé par l’établissement prêteur, ils se sentent lésés au vu du taux en cours. Alors, ils tentent de rectifier la situation.

Ce n’est pas toujours facile de persuader les établissements financiers d’accepter les conditions d’une renégociation de crédit. D’ailleurs, pour pouvoir entreprendre cette démarche, il faut remplir plusieurs conditions.

Oui, car dans certaines situations, à force de se concentrer sur l’écart déconcertant entre le taux sur le marché et le taux appliqué à son crédit immobilier, l’emprunteur oublie de repérer le seuil où la renégociation ne lui profite plus.

La renégociation de taux et le regroupement de crédit requièrent des frais d’opérations. En plus, des petits pièges sont trouvés dans presque toutes les étapes,ce qui nécessite l’avis d’un expert en immobilier pour les contourner. Là encore, de la dépense en vue.

Les étapes à suivre durant la renégociation de crédit

Avant d’entamer les démarches de renégociation auprès de l’organisme prêteur, assurez-vous d’abord que vous êtes bien éligible à la procédure et que cela vaut le coup d’être fait afin de réduire le montant qu’il vous reste à rembourser.

Quelles sont donc ces fameuses conditions? Tout d’abord, vous devez être en cours de remboursement du premier tiers de votre crédit, car c’est au début de l’emprunt que se fait le remboursement d’une grande partie des intérêts. Ensuite, le nouveau taux que vous acceptez doit être inférieur de 0,7 à 1 point comparé au taux de départ. Enfin, le montant qu’il vous reste à rembourser doit être supérieur à 70 000 euros.

Si vous constatez que ces conditions correspondent à votre situation, vous pouvez entamer les étapes de la procédure à commencer par contacter votre banquier en vue de renégocier le crédit. Si la banque est favorable à votre demande, vérifiez bien que l’entente inclut un taux et un délai bien précis.

Il convient de chercher un bon manœuvre pour la faire céder en cas de refus ou de proposition de taux irraisonnable ne correspondant même pas à l’environnement sur le marché. Pour ce faire, consulter les offres des concurrents durant le délai que votre banque vous accorde.

Par ailleurs, il ne faut pas omettre de prendre en compte les frais de dossier que vous pouvez également négocier. En général, ces frais ne devraient pas dépasser plus de 1500 euros.

Prévoyez une solution alternative

Dans le cas où aucun compromis n’a été possible, pensez à demander à un autre établissement financier de racheter vos crédits. Mais dans ce cas, considérer le montant du remboursement anticipé qui représente 3 % du capital restant, soit la somme équivalente à 6 mois d’intérêt.

Dans vos démarches, il est préférable de recourir à un courtier pour ne négliger aucun détail. Cela devrait vous coûter dans les 900 euros tout au plus.

En outre, lors de la renégociation de taux ou du rachat de crédit, vous avez le choix entre raccourcir la durée d’emprunt et réduire le montant des mensualités.

Le conseil d’un expert penche en faveur du raccourcissement de la durée. Néanmoins, vous seul savez ce qui est important dans votre situation, donc, choisissez ce qu’il vous paraît plus confortable.

Un autre détail à ne pas oublier : l’existence de l’assurance emprunteur. Dans le cadre du nouveau contrat de crédit, vous pouvez faire cesser l’assurance décès- invalidité de votre banque et en souscrire autre part si cela vous semble plus approprié à condition qu’il s’agisse d’une assurance de même nature.

appel gratuit 0 800 250 300