Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Évolution des profils d’emprunteurs immobiliers

Gestion dossier immobilier

L’évolution démographique en Belgique se reflète sur le profil des emprunteurs. En 2016, la part des familles monoparentales est ainsi passée à 30 % en moyenne. Celle des baby-boomers aussi a progressé de 27 % sur un an, tandis que les moins de 30 ans font une entrée timide sur le marché.

Changement des profils d’emprunteurs

La composition de la population des candidats au prêt immobilier a changé de manière notable ces dernières années.

Avec la hausse du nombre de familles monoparentales, 30 % des emprunteurs de BNP Paribas Fortis en 2016 s’engageaient seuls. En moyenne, ces derniers ont obtenu 130 000 euros, un capital de 25 % inférieur à celui d’un couple. Cette différence est due à l’écart de revenus, mais aussi au type de bien financé, puisque dans 30 % des cas, les personnes seules choisissent un appartement.

Les clients proches de l’âge de la retraite aussi ont été plus nombreux. Ainsi, 10 % des crédits ont été distribués aux plus de 55 ans. Ces épargnants étaient en quête de placements plus rentables (résidence secondaire pour 20 % et investissement locatif pour 80 %) que les produits d’épargne classiques pour faire fructifier les fonds propres importants dont ils disposent.

Enfin, les jeunes de la génération Y, encouragés par le contexte de taux d’intérêt faibles, sont de plus en plus nombreux sur le marché (+2 % sur un an). En moyenne, en 2016, ils ont emprunté 144 486 euros, pour une mensualité de 690 euros (contre 710 euros l’année précédente).

Légère remontée des taux en 2017

96 % des emprunteurs ont souscrit un prêt à taux fixe, toujours très attractif. L’année dernière, à montant emprunté égal, les conditions très favorables leur ont permis de faire baisser chaque mensualité à 681 euros (contre 706 euros en 2015).

Depuis la fin de l’année, les taux fixes amorcent néanmoins un mouvement haussier. De 2,27 %, celui fixe à 10 ans s’élève actuellement à 2,46 % tandis que le taux variable révisable est descendu sous la barre des 2 %. Cette augmentation devrait se poursuivre en 2017, mais de manière progressive, et sans dépasser 0,50 %.

Les experts anticipent par ailleurs une stabilité de la demande, les propriétaires étant peu mobiles, donc peu susceptibles de changer fréquemment de domicile. Les refinancements de dettes en cours aussi devraient poursuivre leur décrue entamée en 2016, même s’ils représentent encore une part non négligeable de la production. Après l’afflux dû aux taux très bas, moins d’emprunteurs se lancent dans les renégociations et regroupements de crédit immobilier.

appel gratuit 0 800 250 300