Left Menu

La situation financière des ménages médians

 Couple en pleine discussion

L’Insee a réalisé une étude sur les ménages à niveau de vie médian en France. L’analyse révèle que la majorité des Français médians ont un emploi, mais que celui-ci rapporte peu. Néanmoins, ces derniers vivent essentiellement de leurs salaires. Si elles arrivent à assurer les dépenses courantes, ces personnes ne parviennent toutefois pas à financer les dépenses ponctuelles. Détails !

Dans la dernière édition de son ouvrage « France, portrait social », publiée le 21 novembre dernier, l’Insee s’est intéressé aux ménages français dont le niveau de vie avoisine (entre 90 et 100%) le niveau médian, celui qui divise la population en deux parties égales. Concrètement, il s’agit de foyers dont le revenu net mensuel (déduit d’impôts et de prestations sociales) tourne autour de :

  • 1 510 et 1850 euros pour un célibataire,
  • 2 225 et 2 775 pour un couple ;
  • 3 170 et 3 885 pour une famille avec deux jeunes enfants.

Sur cinq Français, l’Insee recense une personne dont le revenu est proche du revenu médian. Les Français médians constituent ainsi 18,7% de la population totale, soit 11,6 millions de personnes dont 9 millions d’adultes.

Des emplois peu rémunérateurs

À l’image de ce qui est observé auprès des ménages aisés, au moins une personne est en emploi au sein des foyers médians dans plus de 60% des cas. En guise de comparaison, ce taux est de 40% pour les ménages pauvres. Ce recul est expliqué par le fait que la perte d’emploi engendre une baisse de revenu qui fait basculer les ménages médians dans la catégorie des ménages pauvres.

Il faut toutefois souligner que dans la plupart de cas, les emplois décrochés par les Français médians sont des emplois aux rémunérations et aux perspectives faibles. 60% d’entre eux sont des ouvriers ou de simples employés. Ceci est lié au fait que ces derniers ont un niveau d’étude peu élevé. Sur dix personnes, seulement une est titulaire d’un diplôme supérieur à Bac +2.

Quoi qu’il en soit, les ménages médians vivent essentiellement de leur salaire ou de leur pension de retraite. À la différence d’autres catégories, ils profitent peu des prestations sociales (moins de 5% de leur revenu) et encore moins de revenus du patrimoine (à peine 4%).

Des difficultés à financer les dépenses ponctuelles

Avec les revenus qu’ils perçoivent, les ménages médians parviennent à régler les dépenses courantes (nourriture, vêtements, chauffage, etc.). Par contre, l’Insee indique qu’ils « déclarent beaucoup plus fréquemment des difficultés pour financer les dépenses ponctuelles ».

En guise d’illustration, un foyer sur quatre peine à remplacer un meuble défectueux tandis qu’un ménage sur cinq ne peut pas s’offrir des vacances d’au moins une semaine par an.

Pour assurer ces dépenses ponctuelles, certains ménages finissent par multiplier les emprunts et font souvent recours au regroupement de crédits pour réorganiser leurs dettes.

Il est constaté que les ménages médians sont peu optimistes quant à leur situation future. Ils manifestent des inquiétudes « très proches de celles observées parmi les individus pauvres et modestes ». Leurs craintes relèvent de l’insécurité financière qui les entoure. Un spécialiste explique qu’

ils sentent bien qu’en cas d’accident, chômage ou rupture, ils ont peu de marge.
appel gratuit 0 800 250 300