Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Le logement pèse lourd dans le budget des Français

 Balance entre le budget et l'immobilier

Il y a trente ans, se nourrir était le principal besoin des ménages français. La majorité de la population active dépensent son salaire pour l’alimentation. À l’époque actuelle, un individu sur cinq consacre plus d’un quart de ses revenus à son logement, à cause du loyer, d’un prêt immobilier ou des réparations. L’expansion du budget relatif au logement est évaluée à deux fois plus de la valeur de l’inflation et les salaires.

Une étude de l’Insee a démontré que le logement est devenu la priorité des Français, au détriment de leur nourriture. En 2010, plus de 30% de leurs revenus sont dépensés pour l’habitation, surtout lorsque le ménage réside dans les grandes villes comme Paris, à cause du prix du mètre carré, en continuelle hausse.

La part des dépenses pour le logement est devenue très importante, alors que les salaires sont déjà prélevés d’un taux considérablement élevé de taxes. Or, cela ne démotive pas pour autant les futurs acquéreurs qui profitent de la stabilité des taux d’emprunt immobilier pour se constituer un patrimoine.

Une taxation salariale très élevée

L’institut économique Molinari a réalisé récemment une étude sur la pression fiscale et sociale réelle du salarié européen. Il a été constaté que plus de la moitié des rémunérations des travailleurs français sont dédiées à l’impôt. Plus exactement, la taxe salariale d’un Français s’élève à 57,41%. S’ensuit la Belgique avec un taux d’imposition de 56,74% et l’Autriche avec 54,28%.

L’imposition est constituée essentiellement des charges sociales qui représentent 87% du montant total, de l’impôt sur le revenu (45,6%) et de la TVA à 13%. Cette pression fiscale étant si élevée, les contribuables français n’ont perçu à juste titre leur salaire qu’à compter du 30 juillet dernier, jour de la libération fiscale du pays.

En effet, le salaire net que gagne un travailleur dans le secteur privé, payé à 56 000 euros par mois, est de 24 000 euros.

Selon l’étude, ce dernier pourrait être majoré si le gouvernement maintient son projet d’annuler les cotisations salariales maladie et chômage. Quoique la contribution sociale généralisée (CSG), qui sert à financer la sécurité sociale, sera augmentée dans un futur proche. Cette hausse sera une nouvelle source de dépenses, qui est d’autant plus grande si la CSG est non déductible.

Les Français dépensent une fortune pour pouvoir se loger

Depuis 2010, se loger est devenu primordial pour les Français. Qu’il s’agisse d’un acheteur ou d’un locataire, les dépenses pour un habitat sont tout aussi importantes. Selon le délégué général adjoint de la Fondation Abbé Pierre :

Le logement est devenu le premier poste de dépenses des Français alors que, dans les années 1980, c'était encore l'alimentation. Les dépenses en matière de logement grignotent considérablement le pouvoir d'achat des Français.

Actuellement, un Français sur cinq débourse plus de 30% de ses revenus pour se loger. Le taux d’effort varie selon le type de logement et sa localité, ainsi un locataire de parc privé dépense au minimum 40% de son salaire tandis que celui qui réside dans un bâtiment en HLM dépense moins.

De même, la pression pour acquérir un logement est également considérable (35%) dans les grandes villes, notamment dans la région parisienne où une minuscule chambre est louée à 500 euros. À noter que les taux d’effort pour habiter un HLM et une habitation dans le secteur privé sont évalués respectivement à 19,6% et 39,3%.

L’explosion du budget pour le logement qui est estimé à 17% sur cinq ans en 2010, est due principalement à la montée des prix du bien immobilier. En effet, à cause des taux de prêt, les demandes d’acquisition de logement sont davantage plus nombreuses, si bien que les vendeurs semblent vouloir en profiter.

À cet effet, le pouvoir d’achat de la nourriture s’affaiblit étant donné que l’inflation a haussé de 8% alors que le salaire mensuel n’a connu qu’une amélioration de 7,2% en quatre ans (de 2005 à 2009). La plupart des Français sont obligés de recourir à un regroupement de crédits pour pouvoir boucler la fin du mois.

Si actuellement 88% des futurs acquéreurs sont attachés à leur département, plusieurs provinciaux souhaitent emménager dans la capitale en espérant un meilleur cadre de vie. Les Franciliens, en revanche, veulent quitter leur région pour vivre en Rhône-Alpes, en Aquitaine ou en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

appel gratuit 0 800 250 300