Left Menu

Les recommandations d’une élue de Meurthe-et-Moselle sur le surendettement

L’élue socialiste de Meurthe-et-Moselle, Chaynesse Khirouni, avec la contribution du psychiatre Michel Debout, émet ses recommandations pour éviter au consommateur de tomber dans le cercle vicieux du surendettement. Ils expriment leurs propositions à travers l’ouvrage « Vie à crédit, prévenir le surendettement ». Rééquilibrer le rapport qui lie le prêteur à l’emprunteur, telle est la solution suggérée par les deux auteurs.

Réviser les droits des consommateurs

La députée socialiste et le psychiatre, ayant mené des études sur l’effet psychologique du surendettement, ont identifié trois points essentiels pour protéger le consommateur :

  1. Donner au consommateur le temps de rembourser les dettes hors crédit (loyers, arriérés d’impôts…). Les auteurs émettent l’idée d’une année blanche pour mettre à plat toutes les dettes contractées.
  2. Mettre en place une Agence nationale du crédit pour assurer un rôle de prévention, mais aussi accompagner les consommateurs en situation de surendettement.
  3. Formaliser le délit de harcèlement financier.

Aussi, les auteurs de préciser que le surendettement peut aboutir à des situations graves. Les chiffres avancés rapportent notamment qu’un français sur cinq a eu de sérieuses pensées suicidaires à cause de problèmes financiers pour l’année 2016, contre seulement 13 % en 2000.

Une baisse des cas de surendettement

Pourtant, du côté de la Banque de France, le nombre de dossiers de surendettement reçus a connu une baisse de 10 % en dix ans. Cette amélioration concerne particulièrement le crédit à la consommation.

Pour Daniel Dupont, directeur départemental à la Banque de France, la loi Lagarde n’y est pas étrangère. Celle-ci offre notamment une meilleure protection aux consommateurs à travers ses nombreux volets à l’instar de celui concernant le rachat de crédit.

Depuis le début de l’année, la banque de France a enregistré 164 563 dossiers de surendettement, contre 183 158 dépôts à la même période en 2015, soit une baisse de 10,2 %. Même situation en Lorraine avec 6309 dossiers pour ces 10 premiers mois, contre 7065 en 2015 (-10,7 %), ainsi que dans le Grand-Est où la baisse est de l’ordre de 10,1 %.

appel gratuit 0 800 250 300