Left Menu

Les clés pour réussir sa renégociation de crédit

conseils pour reussir sa renegociation de credits

La baisse continue des taux d’intérêt des prêts immobiliers pousse un nombre croissant de ménages à renégocier leur contrat, ou à se lancer dans un rachat de crédits. Mais l’opération n’est pas forcément rentable pour tous, et certains freins demeurent.

Les précautions à prendre avant de renégocier auprès de son banquier

Le plus simple pour profiter des taux bas est la renégociation auprès de sa propre banque, évitant ainsi les formalités administratives et frais de changement de banque.

Pour la convaincre, mieux vaut présenter des offres concurrentes avec un taux plus compétitif. En cas de résistance, au lieu de réduire la mensualité, il peut s’avérer plus judicieux de raccourcir la durée de remboursement.

Attention, le banquier peut « imposer » la souscription d’autres produits financiers en contrepartie de la révision des conditions. Il faut penser dès le départ à se renseigner sur les frais de dossier (de l’ordre de 200 à 250 euros) et vérifier l’existence d’éventuelles indemnités de renégociation contractuelles.

Renégocier un prêt déjà renégocié est même possible pour certains emprunteurs, mais pour les autres, s’adresser à un autre établissement à travers un rachat de crédits permet d’obtenir des conditions plus avantageuses.

Les conditions pour garantir le succès d’une renégociation

Malgré une proportion toujours conséquente de demandes de renégociations (66 % des dossiers depuis le début de l’été selon les intermédiaires), elles sont moins nombreuses à être transférées aux banques. Car ce type de montage financier ne convient pas à tous les crédits.

Pour qu’il soit pertinent, il faut notamment que celui-ci se situe dans ses premières années, lorsque la part relative des intérêts dans chaque échéance est plus élevée que celle du capital. En outre, en cas de projet de cession du bien dans les deux ans à venir, il est préférable de solliciter un transfert de prêt afin de financer la prochaine acquisition en conservant le même taux.

Par ailleurs, la renégociation impliquant des frais de dossier et de garantie, et éventuellement des pénalités pour remboursement anticipé à verser à l’ancien créancier, ces charges doivent être amorties. Or, l’exercice est plus difficile lorsque les renégociations se multiplient, le gain sur l’opération diminue.

Enfin, l’assurance emprunteur reste un point essentiel, pourtant trop souvent négligé. En recourant à une assurance individuelle proposée par un assureur spécialisé au lieu de l’assurance de groupe de la banque, des économies de plusieurs milliers d’euros sont possibles, surtout pour les jeunes en bonne santé. Les emprunteurs plus âgés ou ayant des ennuis de santé devront procéder à des simulations avant de se lancer.

appel gratuit 0 800 250 300