Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Les statistiques économiques ne reflètent pas la réalité des ménages

particuliers

Au cours du mois d’octobre, les États-Unis ont enregistré une hausse de 0,8 % des dépenses de consommation au détail. C’est la plus forte croissance observée ces deux dernières années, et que d’aucuns considèrent comme le signe du dynamisme de l’économie américaine. Mais en réalité, ces chiffres sont loin de refléter le quotidien des familles.

Perte de pouvoir d’achat des ménages

La plupart des statistiques et indicateurs économiques (évolution du PIB, inflation, revenus des ménages, pouvoir d’achat) sont évalués en monnaie. Aussi, une progression des prix est souvent traduite comme une amélioration de la situation. À tort…

Par exemple, une appréciation des prix des biens immobiliers ne signifie pas une augmentation du patrimoine de la population. Pour l’affirmer, il faudrait s’intéresser au pouvoir d’achat des acheteurs et s’interroger notamment sur l’impact de l’abondance des prêts. Et une fois qu’on supprime la référence à la monnaie, le pouvoir d’achat chute.

Aux États-Unis, Challenge révèle que la superficie moyenne d’un appartement neuf s’est réduite de 8 %, à 87 m² en 10 ans. Pourtant, sur la période, les taux d’intérêt ont atteint des seuils. Force est donc de conclure que le pouvoir d’achat immobilier a reculé d’autant.

En matière d’automobile aussi, en 40 ans, les Américains ont perdu 20 % de pouvoir d’achat, puisque le nombre d’heures de travail nécessaires à l’achat d’un véhicule utilitaire basique est passé de 990 heures à 1220 heures.

Les statistiques mensongères favorisent la montée du populisme

L’une des conséquences de ces décalages entre les statistiques et la réalité des ménages est la montée du populisme dans le pays de l’oncle Sam comme dans de nombreux autres endroits du monde. Persuadés par les économistes et les médias que les chiffres sont fiables, les gens se méfient du système et le rejettent.

En pensant se protéger, et préserver leur territoire et leur pouvoir d’achat, les autres optent pour des solutions radicales, comme l’ont prouvé les dernières élections présidentielles. Un candidat « hors système » a gagné parce qu’il se présente comme une alternative à l’existant, lequel élargit le gouffre entre les pauvres et les riches.

Pour preuve, les rachats de crédits sont monnaie courante, pour alléger ses mensualités de remboursement lorsque les dettes s’accumulent, pourtant cette opération augmente le coût total du prêt racheté.

Et en réaction, les élites risquent de renforcer leur recours aux manipulations et aux falsifications, et multiplier les règlements et lois en les détournant à leur avantage. Ce qui n’aura pour effet que d’exacerber le populisme tant redouté…

appel gratuit 0 800 250 300